Athènes, 22 décembre 2017, pour mémoire

Aujourd’hui, un par un, les députés de l’ancienne “gauche radicale” grecque, au pouvoir depuis bientôt trois ans, votent en faveur de l’incarcération des militants du mouvement social qui se seront opposés à la saisie (pour dettes) d’une résidence principale et à l’expulsion locative qu’elle entraîne.

(Se seront opposés de leurs corps ; se seront interposés entre ménages ou individus endettés et agents chargés d’appliquer la sentence, de les virer de chez eux, de les mettre à la rue ; auront donc dans le langage néo-libéral fait “violence” à des dépositaires de la force publique. Existe-t-il aujourd’hui, dans la solidarité avec les réfugiés, dans la défense des droits sociaux les plus élémentaires, d’autre forme d’opposition que celle qui engage le corps et se trouve ainsi automatiquement dénoncée comme “violence” par les gouvernements européens ?)

Aujourd’hui, un par un, les députés de l’ancienne “gauche radicale” grecque votent en faveur de l’incarcération des membres de cette société incivile qui, à partir des assemblées de 2011, les a portés au pouvoir. (Pour mémoire: en 2010, encore, Syriza était une coalition à bout de souffle, privée de dynamique, de forces vives, de stratégie et surtout d’appui populaire, au bord de la scission). Le fait que cette même formation ait pu moins de deux ans plus tard se retrouver à quelques voix du pouvoir (et ait fini par l’emporter en janvier 2015) doit tout à la dynamique impulsée en 2011 par les collectifs de base apparus dans les quartiers populaires d’Athènes (ou en province, en particulier dans des luttes liées à la défense du territoire), et qui étaient très largement indépendants (et pour cause) de tout appareil préexistant.


De l’instrumentalisation du mouvement social grec par la gauche de gouvernement à sa répression pure et simple, un pas semble donc être franchi.


Les Grecs étant pour une très grande partie d’entre eux “petits propriétaires” depuis des décennies, c’est-à-dire propriétaires de leur appartement, la propriété demeure ici l’un des facteurs-clefs qui expliquent que la société n’ait pas sombré plus profondément encore ou plus vite dans le dénuement.


Il s’agit d’une mesure que ni la droite extrême ni le parti socialiste grec qui se sont succédés à la tête de l’État ou ont gouverné en association jusqu’en 2015 n’avaient eu (pour parler de nouveau en langage néo-libéral) le “courage” de prendre.

Dimitris Alexakis, 22.12.2017
Pour en savoir plus (en grec):
Précédent billet consacré à l’instrumentalisation évoquée plus haut:

à bientôt j’espère

L’équation de cet entre-deux-tours ne comporte pas que deux termes (la montée du néo-fascisme, la poursuite par d’autres moyens de l’œuvre de destruction néo-libérale), mais trois ― le troisième étant la division des organisations politiques et syndicales de gauche, des mouvements et des individus face au «vote barrage».

Sur fond de «corruption de la décision politique», le projet néo-libéral ne s’impose pas seulement en détruisant des solidarités mais aussi en accentuant nos divisions, pratiques et idéologiques, là où les intérêts sont communs, là, du moins, où existent des intérêts communs d’importance vitale (en termes écologiques comme de revenu, de temps, d’accès aux soins, d’éducation, de lutte contre les ségrégations urbaines et sociales, etc.)

*

Le chantage orchestré contre la Grèce par les créanciers, la BCE, le FMI et l’élite ordo-libérale européenne a entraîné à partir de juillet 2015 une division sans précédent de la gauche grecque, aboutissant à sa quasi-disparition: affaiblissement des structures de solidarité concrète et des mouvements sociaux, vague de découragement, de dépolitisation, de dépressions.

L’urgence, pour ceux qui ont à coeur, en France, de tenir tête dans les années qui viennent au projet néo-libéral, est sans doute aujourd’hui de résister au bal des passions tristes où nous entraîne cette élection présidentielle.

Le débat de ces jours, dans et à travers ses contradictions, ses oppositions, ses apories (l’alternative du second tour revêt pour nombre d’électeurs la forme d’un «choix impossible», de ce que les psychologues appellent un double bind ou une «double contrainte») ne constitue pas fatalement un facteur de division et de dissolution des solidarités politiques ou sociales, des amitiés, des liens supra ou infra-politiques qui sont le fondement de toute résistance collective.

La question est peut-être autant une question de politique que de tact: savoir jusqu’à quel point nous désirons avancer dans ces oppositions, jusqu’à quel point nous devons aussi et en même temps respecter la décision de l’autre, la tenir pour un choix politique et subjectif aussi valable que celui que nous sommes nous-mêmes conduits à prendre.

À bien des égards, par ailleurs, la contradiction passe en chacun de nous: avant que de s’exprimer dans le cadre d’un débat public, la contradiction traverse le sujet lui-même ; d’où, peut-être, la violence paradoxale de certaines prises de position.

Il n’y a, face à cette «double contrainte», pas de choix qui puisse être fondé dans l’absolu ou dans la vérité. Mais c’est justement là une dimension essentielle de la politique, de la politique qu’il s’agit de défendre.

Nous ne sommes pas seulement confrontés à un piège, à un chantage structuré et façonné par la corruption de la décision politique mais aussi à une situation peut-être inédite (porteuse d’un sens et de virtualités politiques propres) où celle / celui qui choisit de s’abstenir ou de voter pour Macron déclare en même temps comprendre un choix différent (exclusion faite du choix en faveur des néo-fascistes) : c’est la dimension du débat, qui n’est pas uniquement un moyen mais aussi une fin en soi, le cœur même de la démocratie dans son caractère inachevé, sa conflictualité, sa capacité à demeurer processus vivant, ouvert et contradictoire plutôt que forme morte.

*

Le refus du fascisme reste une limite, et c’est bien ce qui rend ce débat si aigu, et si douloureux. Confrontée à une crise de gouvernance sans précédent, l’élite néo-libérale, plutôt que d’engager une réforme des institutions européennes, s’est de fait résolue à laisser les choses aller à la limite dans une sorte de quitte ou double qu’elle a d’ailleurs, comme le Brexit en témoigne, déjà largement perdu.

Ce système de domination et de gouvernance (système bancaire, économique, social autant que médiatique) a résolu de porter, pour se sauver, la situation à ce véritable point-limite que constitue l’arrivée aux portes du pouvoir de formations se réclamant plus ou moins explicitement du fascisme. Pourquoi ? La réponse tient sans doute à l’aveuglement et aux intérêts de classe de nos représentants supposés: leur incapacité structurelle à reconnaître les erreurs commises depuis (au moins) le déclenchement de la crise de 2008, cécité dont la «gestion du cas grec» porte le témoignage manifeste. (Une tentative d’explication sur le plus long terme nécessiterait de remonter au référendum contourné de 2005 et aux modalités non-démocratiques, et assumées comme telles, qui ont permis au projet de la zone euro de se réaliser.)

Le système néo-libéral, qui peut sans doute être comparé à cette aune à celui des dernières années du bloc de l’Est, traverse une crise interne en partie liée au caractère radicalement non-durable, voire fictif, du modèle économique financiarisé qui est le sien (penser à ces milliers de produits dérivés toxiques comptant parmi les actifs de la Deutsche Bank) et fait l’objet d’une remise en question profonde : le caractère aventuriste des réponses que ses responsables apportent aux revendications de la société est un signe de panique et de fragilité, mais aussi celui d’un cynisme redoutable.

*

L’écrasement de la Grèce et le Brexit qui a suivi finiront-ils par jouer un rôle analogue à celui qu’a pu jouer, en Union Soviétique, l’explosion de la centrale de Tchernobyl, 3 ans seulement avant la chute du Mur ? Se trouvera-t-il un dirigeant assez lucide pour solder les comptes et entériner l’échec de l’Union Européenne sous la forme qui est aujourd’hui la sienne ? On sait que les dirigeants grecs ont longtemps porté cet espoir dans la personne d’Angela Merkel, et continuent peut-être de le faire, par pur automatisme et en l’absence de tout autre alternative à court terme. La désintégration est en marche, mais la volonté actuelle des dirigeants de la zone semble bien plutôt être celle d’une fuite en avant, de plus en plus rapide et de plus en plus erratique, au bord du gouffre.

*

Il faudrait aujourd’hui s’attacher à repenser la façon dont la «forme parti» accentue d’ores et déjà et menace de renforcer encore, en France, ces divisions que j’évoquais, de «cliver» irrémédiablement le débat, de figer en positions irréconciliables ce qui devrait demeurer un processus de délibération ouvert, de sujets à sujets (opposition entre le débat ouvert évoqué ci-dessus et les formes d’appartenance concrètes (FI, PCF, etc.) par lesquelles il passe en partie et qui tendent à le tordre, le déformer, en créant des points ou des nœuds de tension).

En constituant un point d’identité non-subjective qui surdétermine le débat et le fausse, cette appartenance partisane a tendance à figer, absolutiser les positions. Pourquoi ? Peut-être, pour esquisser un début de réponse, parce qu’elle obéit à une logique de blocs, et non à celle (forcément subjective) que je tentais d’évoquer plus haut.

C’est un autre aspect du problème, et le nouveau piège qui nous attend: la division n’est pas seulement générée par une forme de chantage adverse mais aussi par les formes d’inscription partisanes, dans leur logique propre, leur hétéronomie, leur indépendance structurelle vis-à-vis de la société, de chaque sujet et des modalités contemporaines de délibération. Si le débat se développe de façon horizontale et illustre pleinement les virtualités politiques dont les réseaux sociaux sont porteurs, la prise de décision reste, elle, foncièrement verticale.

On en revient à ce qui devrait être (et est) le fond de la modernité politique, à notre époque traversée par le mouvement des places d’un côté et l’apparition, de l’autre, d’un État post-démocratique, néo-libéral et autoritaire (ces deux dimensions étant désormais indissolubles, et complémentaires l’une de l’autre): l’invention de formes politiques nouvelles, d’une autre liaison entre mouvements sociaux, débats horizontaux entre sujets politiques (citoyens ou non) et échelon politique (problématique du pouvoir et de la mise en œuvre effective et à grande échelle d’un programme de justice et de préservation des ressources). Ma conviction (en réponse à une vision purement «mouvementiste», voire purement insurrectionnelle de la lutte des classes) est que ces termes doivent être liés et repensés ensemble.

Notre horizon commun est indissolublement lié à l’horizontalité du débat politique. La question que je posais le 24 avril («Quel sujet des multitudes?») se reformule ici comme suit: «Comment repenser une politique des sujets?»

Comment échapper à la dialectique de la forme parti, qui rassemble en même temps qu’elle divise et exclue ? Comment ne pas voir que le relatif insuccès de FI est largement dû, autant que son succès, à cette contradiction ? De quelle façon penser, collectivement, une autre dialectique entre société et politique, une dialectique reflétant l’horizontalité effective du débat politique en cours et à la faveur de laquelle le niveau de la décision serait soumis à la société, et non l’inverse ?

Comment transformer le choix vicié, sinon impossible auquel nous sommes confrontés en position à partir de laquelle penser, élaborer et inventer «le nouveau», «l’inconnu» dont parlait Baudelaire?


(vendredi 5 mai 2017)

Merci à celles et ceux ― Irène, Argyris, Paul, Marc, Philippe, Marie, Jérôme, Isabelle, Madeleine, Stéphanie, Christos, Elisabeth, Stathis, Fotini et bien d’autres… ― qui, par leurs réactions et leurs relances sur les réseaux sociaux, ont pris part à la formulation de ces lignes – ce qui ne signifie évidemment pas qu’elles/ils se trouveront en accord total avec elles… Merci, d’abord, à Chris Marker, à qui le titre et la photo ont été empruntés.

 

 

Le fascisme ne vient pas seul

(post scriptum au billet du 29 avril)

 

1

Le fascisme est la catastrophe ; une catastrophe qui n’a cependant rien, absolument rien de naturel.

2

Nous sommes sur le fil du rasoir, «nous n’avons pas le choix» mais pouvons réfléchir aujourd’hui à cette absence d’alternative qui constitue désormais en Europe le mode de gouvernance néo-libéral et dénoncer le chantage par lequel il s’exerce — un chantage peut-être plus cruel et plus pervers encore dans la France de 2017 qu’il ne l’a été, en 2015, contre la Grèce.

3

Nous pouvons et devons réfléchir aux modalités (diverses selon les pays, les situations, les histoires) par lesquelles l’extrême-droite européenne a été systématiquement promue, mise en avant, instrumentalisée, à la façon dont ses thèses ont été méthodiquement validées et reprises par les tenants de l’élite néo-libérale, depuis des décennies. En Grèce, laboratoire de la nouvelle gouvernance et d’une nouvelle «doctrine du choc», Antonis Samaras a instrumentalisé l’armée supplétive d’Aube Dorée tout au long de son mandat dans le but de mieux imposer les programmes d’austérité de la troïka aux classes populaires et aux classes moyennes. Le fait que la gauche soit arrivée au pouvoir immédiatement après qu’un coup d’arrêt (judiciaire) ait été porté à la progression de ce parti mafieux et néo-nazi n’est pas dû au hasard (même s’il n’explique évidemment pas tout). Au mois de janvier 2015, l’UE s’est en tout état de cause retrouvée confrontée à un peuple qui n’était plus muselé, tenu ou menacé par l’organisation et la diversion de la haine, un peuple qui n’était plus diverti par le délire fasciste mais parlait un langage de justice, le langage de ses intérêts: on se souvient (ou l’on devrait se ressouvenir d’urgence) du putsch qui s’en est suivi (abrogation dans les faits des procédures et de tous les usages démocratiques, parlementaires, etc.), putsch auquel François Hollande, Manuel Valls, Emmanuel Macron (sans parler de «Libération» ou du «Monde») se sont empressés de prêter main forte. L’instrumentalisation de l’extrême-droite ne fonctionnant plus, on est donc passé sans ciller à la case «coup d’État», en mobilisant notamment les capacités d’étranglement de l’économie grecque dont disposait la Banque centrale européenne. Je me souviens pour ma part très bien de la disparition, de l’effacement du discours fasciste et raciste dans nos quartiers d’Athènes, qui sont parmi les plus populaires et les plus durement frappés par la crise, durant les six mois du premier gouvernement Syriza — ces mois au long desquels nous pensions que le gouvernement que nous avions élu était décidé à porter une politique et un langage de justice. Après avoir été omniprésent (et constamment menaçant) dans ces mêmes quartiers depuis 2012 au moins, le discours d’Aube Dorée n’existait tout simplement plus.

4

Si les cas de figure, les situations, les schémas ou les configurations varient, l’extrême-droite a toujours pour effet, pour fonction, de faire barrage : de faire barrage à une critique sociale, à un langage de justice, à ce que les classes populaires parlent la langue de leurs intérêts. (Les militants d’Aube Doré étaient à l’origine des briseurs de grève au service de quelques armateurs.) Le fascisme ne vient jamais seul.

5

Durant la semaine précédant le premier tour des élections françaises, l’establishment (médias, intellectuels organiques, décideurs, représentants du monde de l’entreprise et du grand patronat, «marchés»), a massivement fait campagne contre la gauche, non contre le FN. C’est ce qu’Emmanuel Macron continue aujourd’hui de faire (avec sa maladresse inimitable, cette bêtise presque gênante, cette diction curieusement hésitante lorsque, en particulier, il s’essaye à parler du «peuple», des «paysans», cette inculture crasse, cette absence totale d’empathie touchant à tout ce qui relève de l’humanité: J’ai envahi le monde que je ne connais pas, dit la chanson). La singularité de Macron est de ne pas apercevoir que la stratégie qui valait pour le premier tour ne peut que le conduire, dans la perspective du second, à scier la branche sur laquelle il est assis (je parlais de bêtise).

6

Nous sommes en ce moment les témoins et les acteurs d’une recomposition accélérée de la gauche. Il y aura des fractures, des ruptures, des divisions, mais pas uniquement ; peut-être un véritable débat se poursuit-il aujourd’hui dans et à travers ces divisions. Mais il y aura des ruptures, oui. Les intérêts de classe sont une base de rassemblement solide mais ne peuvent être tenus et défendus que par la dissension, la confrontation, la lutte sociale et le combat politique, le courage de la rupture et de l’affrontement — ce courage que le gouvernement grec n’a finalement pas eu.


Dimitris Alexakis

Athènes, dimanche 30 avril 2017

 

S’il te plaît, dessine-moi un silence


 

Ne bougeons pas.

Surtout.

Ne bougeons surtout pas.

Organisons dès maintenant, par notre inertie même, ce grand mouvement contre la jeunesse, les arbres, les ressources naturelles, les banquises, la pensée, que notre époque appelle.

Votons contre les arbres, contre l’eau, contre les micro-organismes du fond des océans, contre la reproduction du vivant.

Scions la branche sur laquelle nous sommes assis, encore, dans l’espoir que nous nous rattraperons à une branche plus basse, puis à une autre branche.

Attendons : le second tour, le 8 mai, les législatives, la reconstruction de la gauche ; le grand mouvement de ceux qui demeurent, pour l’heure, parfaitement immobiles.

Portons nos mains, dans le noir, sur les parois de la boîte où nous sommes. Tentons d’en apprécier les dimensions.

Rasons les murs.

Ramassons un peu d’herbe au sol.

Mâchons l’herbe pourrie.

Remâchons-la.

Encore.

Discutons de notre silence, notre absence de voix.

Figeons-nous et prêtons l’oreille : notre séjour va peut-être finir.

Gardons l’espoir. Répétons que nous garderons espoir, coûte que coûte.

Guettons un rayon de soleil, sous la porte. Un bruit de pas. Quelqu’un.

Espérons que nos geôliers se souviendront de nous, que certains, parmi eux, ne nous auront pas oublié, qu’il s’en trouvera bien un, plus humain que les autres, pour se souvenir de l’endroit où nous sommes.

Tendons l’oreille. Faisons silence.

Ne cédons pas à la panique.

Retenons notre souffle : de notre obéissance dépend notre libération.

Guettons un bruit de pas.

Un tintement de trousseau de clefs.

Un grincement de porte.

Une toux.

Attendons le gardien qui, seul, pourra nous libérer.


(vendredi 28 avril 2017)

{photographie: Stéphane Charpentier}

En cage

(Billet écrit quatre jours après le premier tour, dans l’étonnement de l’absence de réaction sociale à l’alternative passablement monstrueuse qui nous est proposée et dans le sentiment que les termes du débat sont piégés ; que prendre la rue relèverait dans ces circonstances d’un réflexe de survie ; que le principal axe d’une force d’opposition sociale pourrait dans les jours qui viennent consister à marquer que néo-fascisme et néo-libéralisme sont, de façon de plus en plus nette à mesure que nous nous avançons dans les suites de la crise de 2008, les deux faces d’une même monnaie.)

*

Pourquoi la question d’une mobilisation dans les rues contre l’extrême-banque et l’extrême-droite dans cette période d’entre-deux-tours n’a-t-elle pas été posée dès l’annonce des résultats de dimanche, ne l’est-elle aujourd’hui encore que par une minorité de lycéens, pourquoi ne cesse-t-elle pas de se poser à tous — tous ceux, du moins, à qui les termes de justice sociale disent encore quelque chose?

Dans quelle mesure n’est-elle pas pourtant, de façon plus ou moins directe, posée par ces électeurs qui, souvent pour la première fois et à un moment qui plus est particulièrement critique, songent à une abstention politique et avancent des arguments en ce sens?

Pourquoi les Aztèques font-ils bien d’hésiter à voter pour Cortés?

Depuis combien de décennies acceptons-nous d’enfermer notre imaginaire, notre puissance d’agir, nos possibles dans ces urnes ambiguës?

Dans quelle mesure et depuis quand sommes-nous coupés des formes vivantes du mouvement ouvrier, irrémédiablement condamné à se piéger et se trahir lui-même dès lors qu’il se cantonne aux formes de la domination bourgeoise?

Dans quelle mesure la «consultation» organisée par la France Insoumise est-elle finalement plus à l’image de ce cadre qui nous étrangle que de notre colère, et du réel?

De quoi avons-nous le plus peur, de notre force ou de notre faiblesse?

Combien de temps allons-nous encore accepter de tourner en rond autour du bassin, du canal, de l’abreuvoir, de rester dans les clous et de marcher entre les herses, de respecter les coutumes et les us de ceux qui détruisent et dilapident le monde, le nôtre comme les mondes de ceux qui viendront après nous?

Pourquoi accepter aujourd’hui les termes d’un débat piégé? Pourquoi accepter, face à la gravité des enjeux, de maintenir nos réflexions, nos débats, nos échanges dans un cadre ne remettant pas en cause le calendrier électoral et, au-delà, les contraintes de la forme parti, de la parcellisation et de l’aliénation de notre temps et de notre vie politiques, de la «représentation», du pouvoir ascendant, des consultations en interne? Indépendamment du choix final, l’enjeu, dit Myrto Reiss sur un forum de discussion, est de «maintenir le débat à un niveau autre que celui que ce système électoral nous impose», celui d’une «pensée binaire et compulsive»: système à deux tours conçu «pour rendre les débats inopérants». Le choix (entre banque ou fascisme) est faussé, l’alternative est un piège (ce qui ne signifie pas qu’elle puisse être facilement contournée: un piège n’est pas un simulacre) et le dilemme du second tour peut apparaître comme une nouvelle manifestation du dogme thatchérien selon lequel il n’est pas d’alternative : avec des modalités différentes, selon un processus autre, la France du mois d’avril 2017 se retrouve en définitive aussi profondément piégée que la Grèce de juillet 2015. Dans ces conditions, l’urgence n’est-elle pas de parvenir à formuler et faire entendre, malgré tout, un discours autre ? À marquer que le scénario confirmé par les résultats de dimanche est celui-même qu’annoncent, qu’anticipent et que préparent depuis des mois les grands groupes de presse, et qu’il est conforme aux vœux de l’élite néo-libérale? Qu’En Marche! et le Front National sont les deux pièces d’une même tenaille? Que néo-fascisme et néo-libéralisme sont en France comme ailleurs, singulièrement aux Etats-Unis, et de façon de plus en plus nette à mesure que nous nous avançons dans les suites de la crise de 2008, les deux faces d’une même monnaie ou d’un même processus?

Ce «débat» est la cage dont nous sommes les oiseaux.

La seule réponse possible ne réside pas dans la reconduction d’un débat vicié mais doit être recherchée ailleurs, dans un déplacement du débat hors champ électoral: dans la rue, dans le champ social, dans des initiatives de dénonciation (par la mobilisation comme par la prise de parole) de cette «alternative» faite pour broyer et / ou diviser mortellement les classes populaires.

Que fait-on, quand on tombe dans une embuscade? On sort. L’antifascisme et la résistance aux politiques d’austérité sont dans les rues: occupons-les.


(Dimitris Alexakis, jeudi 27 avril 2017)

 

 

Tsípras, ou le traité du vain combat

Il paraît étrange d’affirmer qu’un événement qui était entré dans l’Histoire en soit par la suite ressorti ; tel est pourtant le sort pathétique qui semble être réservé au premier gouvernement d’Aléxis Tsípras et à la première contestation par un gouvernement élu des politiques d’austérité promues par les instances dirigeantes de l’Union européenne. Aléxis Tsípras, ou comment effacer l’Histoire.

 Si le gouvernement d’Aléxis Tsípras est devenu, entre les mois de janvier et juillet 2015, le premier à remettre en cause les politiques d’austérité à l’échelle de l’Union européenne et est entré dans l’Histoire à ce titre, son « deuxième gouvernement »[1], en cautionnant la suppression de fait du droit d’asile européen et l’alliance stratégique de l’Union avec le régime de Recep Tayyip Erdoğan, en appliquant, après plus de six ans de récession, le plus cynique des programmes d’austérité qu’un gouvernement européen ait jamais mis en œuvre[2], semble avoir pour effet d’effacer jusqu’au souvenir de cette séquence inaugurale.

La métamorphose évoque cette scène du Metropolis de Fritz Lang qui voit les Maîtres de la cité remplacer Maria, guide et égérie des insurgés, par un robot à son image chargé de semer la discorde et la confusion parmi les ouvriers, mais aussi ces procès politiques apparus lors de la période stalinienne et où l’accusé, après avoir été soumis à interrogatoire et à un chantage direct, sur sa personne et sur ses proches, s’accuse publiquement d’avoir été celui qu’il était : séances pathétiques où le sujet parle la langue de ses persécuteurs, adopte leur rhétorique, leurs inflexions et s’évertue devant ses juges à effacer son empreinte de l’Histoire.

Mais Aléxis Tsípras ne s’est pas renié, et il ne lui a rien été demandé de tel ― au contraire. Son « capital de popularité », engrangé depuis la période de sa candidature à la Mairie d’Athènes, son âge, son style vestimentaire, ses talents oratoires, son « ancrage populaire », son parcours politique et la contradiction même dans laquelle il se trouve l’ont fait après coup apparaître comme un dirigeant plus à même de mettre en œuvre ces programmes que n’importe lequel des caciques de la droite ou du Parti socialiste grec. Contrairement à ces derniers, le Premier ministre grec a longtemps côtoyé les « victimes de l’austérité » et connaît leurs difficultés. La nécessaire compassion pour les petites gens, lieu commun de l’exercice du pouvoir depuis le début de la crise, n’est pas exactement un vain mot dans sa bouche. Son avantage semble être de connaître les souffrances qu’il inflige. À y regarder de plus près, cette posture compassionnelle est précisément celle de l’Église orthodoxe grecque, que Sýriza n’a jamais combattue.

*

La trouvaille tient expressément, ici, au fait que la même personne et que le même parti contestent « radicalement » et, presque simultanément, mettent en œuvre « malgré eux » la même politique de précarisation massive, de coupes et de ponctions sur le revenu des classes populaires et moyennes, de destruction et de privatisation des espaces communs, de démantèlement des lois et des usages sociaux, de redistribution vers le haut, au bénéfice de grands investisseurs privés, des infrastructures et de la fortune (foncière et immobilière) de l’État, dans un nouveau procès d’accumulation capitaliste et de reconfiguration de l’ensemble de l’économie (disparition accélérée des petites et moyennes entreprises qui constituaient le tissu de l’économie nationale, décrochage brutal des prix de l’immobilier qui permettront bientôt à ces investisseurs de racheter des quartiers entiers pour une bouchée de pain[3]). Quel démenti plus cinglant au programme de Sýriza ? Ce résultat dépasse sans doute les espérances de Wolfgang Schäuble, de Jean-Claude Juncker, de Martin Schulz ou de François Hollande et semble surpasser en efficacité toutes les manœuvres que ces derniers avaient pu déployer, entre janvier et juillet 2015, pour se défaire du Premier ministre grec et de son parti.

Le cœur de la manœuvre porte sur la signification même de cette première séquence, sur sa dimension historique : non pas effacer le nom ou les traces d’une personnalité gênante mais effacer en bloc le sens de l’événement ; moins réécrire l’Histoire que l’effacer en la rendant après coup illisible ; faire en sorte que, par un étrange mouvement rétroactif, cet événement, privé de sa dimension historique, ne soit pas réutilisable, ne soit plus opérant : désarmer l’événement. C’est ainsi que ceux qui soutenaient le gouvernement grec durant cette première période de négociations se sont retrouvés non seulement privés de victoire mais en quelque sorte floués d’une défaite et dépossédés de la signification même du combat auquel ils avaient pris part.

Le fait qu’il soit soudain devenu impossible à Podemos, soutien majeur du gouvernement grec durant la campagne électorale de l’hiver 2015 et la première période d’exercice du pouvoir[4], de se référer au parti de la gauche radicale grecque, de prononcer jusqu’à son nom, est à cet égard indicatif. Grâce à l’intervention de François Hollande qui, lors de la nuit de négociations du 12 au 13 juillet 2015, a su ramener Aléxis Tsípras à la table des négociations, l’Union européenne a en définitive réussi son pari : s’assurer que le gouvernement grec n’ait, le moment venu, aucun relais à passer aux mouvements extra-parlementaires et aux organisations politiques d’Espagne, du Portugal, d’Irlande, de France ou d’Italie, rien à léguer et rien à dire.

*

Le caractère dramatique du revirement opéré tient à un principe de discontinuité radicale : rien, du point de vue du sens, ne permet de relier le résultat du référendum du 5 juillet[5] et « l’appel au peuple » dont il est issu à « l’agrément » ou accord de principes signé par le Premier ministre grec dans la matinée du 13 juillet 2015 ; rien ne permet de relier ces deux points sinon, précisément, sa personne même.

Toute la campagne électorale menée par Sýriza en vue des « deuxièmes élections » de septembre 2015 en témoigne. Le sens ayant été sacrifié, il ne restait plus au parti de gauche radicale qu’à faire campagne « sur la personne » ; la question politique, par un effet de réduction vertigineux, a été brusquement circonscrite à une question personnelle de charisme, d’influence et d’habileté politicienne. Tsípras, résumait Jean-Claude Juncker en usant d’un barbarisme de mauvais aloi, « s’est homme-d’étatisé » et a rejoint la cohorte muette des dirigeants responsables se conformant docilement au cours des choses. Le « deuxième gouvernement » Tsípras offre ainsi le spectacle glaçant d’une politique dissociée des sujets qui l’appliquent : une politique sans sujets, dans la mesure où elle n’est de fait assumée par personne, et une politique sans discours. La suppression de la politique n’est pas, bien sûr, « politiquement neutre »[6], et passe ici par une dissociation brutale entre le sujet et l’acte : il n’est pas demandé à Aléxis Tsípras de croire en ces mesures, de les assumer subjectivement, simplement de les mettre en œuvre. Tsípras, ou la politique de personne.

*

Ce que la volte-face du Premier ministre hellénique escamote pour l’Histoire et aux yeux des peuples, c’est la spécificité de la guerre économique menée par les dirigeants européens, la Banque centrale et le FMI à l’encontre du gouvernement grec au cours de ces 6 mois : offensive asymétrique[7] (l’ensemble du conflit se déroulant sur le terrain de l’adversaire et les armes en présence étant sans commune mesure : argumentaire keynésien d’un côté, blocus financier de l’autre) et multiforme, combinant adresse aux opinions publiques, communication politique, contrôle des médias, manœuvres diplomatiques, mesures de rétorsion et prise en otage de la population locale à travers le mécanisme d’octroi de liquidités d’urgence (ce que Státhis Kouvelákis a appelé « le supplice de la goutte d’eau »[8]). Guerre atypique, dans un contexte d’économie intégrée, qui a mis en lumière la violence de la monnaie[9] unique mais s’est déployée en surface autour d’arguments politiques et moraux ― tour de passe-passe destiné aux petits épargnants de France ou d’Allemagne, indignés de devoir « payer la part » du peuple grec ― et qui comportait en outre une dimension psychologique : les dirigeants européens se sont tantôt employés, bien maladroitement, à « parler aux cœurs et aux esprits »[10] dans l’espoir de gagner le peuple grec à leur cause, tantôt (beaucoup plus fréquemment) à le culpabiliser, à le menacer[11], à le terroriser[12] ; dans la dernière ligne droite de cette séquence temporelle, ces dirigeants sont enfin parvenus, selon l’expression rappelée par Grégoire Chamayou[13], à « disloquer la psychologie des insurgés » par la reddition sans conditions de leur porte-parole. À l’inverse de la stratégie classique de contre-insurrection visant à désolidariser le peuple de la direction politique, l’UE, au terme de cette séquence, a obtenu, de façon assez inattendue, le résultat inverse : désolidariser la direction politique du peuple, faire en sorte que le gouvernement lui-même démente ceux qui venaient non sans courage de lui réaffirmer son soutien (près de 62% des votants en faveur du « non »).

L’Union européenne doit faire oublier qu’elle a mené une guerre atypique, asymétrique, non militaire contre l’un de ses États-membres (une « guerre de l’économie de la dette »), et nul n’est mieux placé qu’Aléxis Tsípras pour légitimer la manœuvre : c’est ainsi que Jean-Claude Juncker, qui avait tout mis en œuvre[14] pour renverser le gouvernement de janvier 2015, a été récemment accueilli à Athènes comme « le meilleur ami de la Grèce ».

La trouvaille repose sur une tautologie : si Tsípras est toujours en place, c’est qu’il n’a pas été renversé. Quelle preuve plus éclatante que la guerre n’a pas eu lieu et que les États-membres restent des partenaires ?

*

Reste à savoir dans quelle mesure cette coupure effective entre le peuple et la « direction politique » se trouvait déjà inscrite en pointillés dans la période qui s’étend de janvier à juillet 2015 : dans la pratique politique d’Aléxis Tsípras et du groupe restreint qui l’entourait (concentration accélérée du pouvoir de décision), dans l’incapacité du parti Sýriza, déjà déchiré, à reprendre l’initiative (le caractère hétéroclite et non centralisé de cette formation politique permettant paradoxalement à l’équipe dirigeante de s’autonomiser, de court-circuiter les instances et les usages du parti), dans l’absence, surtout, d’initiatives populaires qui auraient permis de déborder le gouvernement sur sa gauche, ou par le bas, de le tenir à sa parole, de l’empêcher de reculer ― sur le modèle, notamment, des grèves de 1936 en France ; absence d’un mouvement de masse multiforme et sans inscription partisane pouvant agir « en tension »[15] et non pas seulement « en soutien » avec le niveau politique[16]. (Le référendum sur le « non » constitue le seul moment de cette séquence de 6 mois où l’exécutif ait été « débordé » ; débordement doublement paradoxal, puisque ce référendum était organisé à l’appel du Premier ministre et que la majorité sociale ― classes populaires, jeunesse ― a débordé le gouvernement à son insu, en croyant l’appuyer).

*

Pourquoi ce retrait ? Pourquoi cette absence d’action ?[17] Une première explication tiendrait au temps long de la crise grecque, à la fatigue et à l’usure provoquées depuis 2008 par les privations, les faillites en cascade, la répression systématique des luttes et des mouvements sociaux, mais cette explication ne rend aucunement compte de l’état d’esprit critique, joyeux et combattif qui régnait alors à Athènes : débats politiques nourris et permanents, dans la rue, au marché, en famille, au travail.

Les causes de ce retrait doivent d’abord être recherchées dans la stratégie adoptée par le gouvernement : l’action de l’exécutif (et, par voie de conséquence, le débat politique dans la société) a été dès les premiers jours phagocytée par la question de la dette et les négociations avec les créanciers, déplacée d’emblée sur un plan purement politique et dans des lieux littéralement (géographiquement) hors de portée du peuple grec : déterritorialisation dont témoignent paradoxalement ces rassemblements athéniens de « soutien au gouvernement négociant à Bruxelles » qui avaient quelque chose d’imperceptiblement décalé (conscience diffuse que le jeu se jouait ailleurs, que le sort de la Grèce se réglait hors de Grèce : trait historique récurrent de l’histoire grecque contemporaine[18]). Les premiers gestes de Tsípras comme de son ministre des Finances ont été de prendre l’avion (pour Londres, Bruxelles, Paris, etc.): hors lieu de la politique, le champ social et le champ politique se trouvant comme dissociés. (Dans un contexte très différent, cette « délocalisation » ou déterritorialisation de l’action politique, hors du champ social et hors du territoire, est aujourd’hui poursuivie par Yánis Varoufákis).

*

La conclusion de cette séquence de 6 mois apporte la preuve cinglante que ce renversement des priorités, que cette action politique marchant la tête en bas étaient condamnés à l’échec et qu’un gouvernement résolu à rompre le carcan de l’austérité, dans une situation d’adversité largement prévisible, n’avait d’autre choix que d’agir au niveau local[19] en « reterritorialisant » son action, en concentrant ses efforts sur une politique de mise en valeur et de réquisition de la richesse nationale (transformation de milliers d’hectares en terres cultivables socialisées pour répondre dans l’urgence à la question de l’autosuffisance alimentaire et remise en cause du poids idéologique, politique et économique de l’Église orthodoxe, alliée de la grande bourgeoisie grecque et premier propriétaire foncier du pays), en s’appuyant sur l’espace de création, de solidarité et d’initiatives productives autonomes qui s’est ouvert en Grèce, indépendamment des partis et des appareils syndicaux, depuis le début de la crise[20], en proclamant une cessation de paiement immédiate des intérêts de la dette. La question des alliances politiques nouvelles et d’un financement intermédiaire (pour répondre à la crise sociale, d’abord, mais aussi pour investir, en particulier, dans un programme d’autonomie énergétique fondé sur les ressources naturelles du pays) se serait alors posée dans des termes diamétralement différents. La guerre, dans ces conditions, n’aurait pas été aussi asymétrique, ni unilatérale.

*

Reste enfin à s’interroger sur la pérennité de cette solution politique contre-nature : si le maintien en place de Tsípras, en rendant après coup illisible cette première séquence de négociations et en escamotant le soutien populaire dont bénéficiait son  premier gouvernement, a rempli son office (défaire le sujet politique du « non », générer la confusion, la division et un sentiment d’impuissance inversement proportionnel à l’espoir soulevé par les élections de janvier 2015), le « deuxième gouvernement » Sýriza ne présente pas moins toutes les caractéristiques d’un « pouvoir faible » et fait presque figure, à cet égard, de curiosité historique.


Dimitris Alexakis, 22 juillet 2016


Reconnaissance de dette1: mes remerciements à Irène Bonnaud, L. G. et Fausto Giudice pour leur relecture attentive. Reconnaissance de dette2: le titre de ce texte se réfère à celui du premier roman de Marguerite Yourcenar, Alexis ou le Traité du Vain Combat, publié en 1929 par les éditions Au Sans Pareil.



 

[1] Septembre 2015 : http://www.rfi.fr/europe/20150921-elections-grece-deuxieme-chance-alexis-tsipras-syriza

[2] Lire notamment : « Grande braderie en Grèce », Niels Kadritzke, « Le Monde Diplomatique », juillet 2016.

[3] « Never let a good crisis go to waste », disait W. Churchill : « ne jamais laisser passer une bonne crise ».

[4] Lire notamment : https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/06/30/au-regard-de-la-situation-en-grece-et-a-la-suite-de-la-rupture-des-negociations-par-leurogroupe-podemos-souhaite-communiquer-ce-qui-suit/

[5] Lire notamment : « Référendum en Grèce : victoire massive du non, Tsipras gagne son pari », http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/la-crise-grecque/20150705.OBS2110/en-direct-referendum-en-grece-journee-historique-pour-l-europe.html

[6] « La suppression de la politique, se demandait Alain Touraine le 14 septembre 1973, à Santiago, au cœur du coup d’État chilien, est-elle politiquement neutre ? » (Vie et mort du Chili populaire, Le Seuil, 1973, p. 241.)

[7] Et qui manifeste l’« asymétrie de la relation de crédit, c’est-à-dire de l’économie de la dette » (Maurizio Lazzarato, La Fabrique de l’homme endetté, essai sur la condition néolibérale, éditions Amsterdam, 2011, p. 58).

[8] Lire notamment « Une contradiction insurmontable » : http://www.humanite.fr/la-grece-va-t-elle-transformer-leuro-et-lunion-europeenne-569305

[9] À propos de la « violence de la monnaie » et du concept de « monnaie/dette », lire notamment : Félix Guattari, Gilles Deleuze, L’Anti-Œdipe, éditions de Minuit, 1972, p. 263 ; Maurizio Lazzarato, La Fabrique de l’homme endetté, essai sur la condition néolibérale, éditions Amsterdam, 2011, p. 58 – 59, p.  110 ; Michel Aglietta et André Orléan, La violence de la monnaie, Presses Universitaires de France, 1982.

[10] Expression empruntée à Grégoire Chamayou, Théorie du drone, La Fabrique éditions, 2013.

[11] Entretien de Martin Schulz diffusé au matin même du référendum : « Si vous votez non, disait-il en substance, vous sortez. »

[12] Avec un résultat systématiquement inverse de celui qui était escompté.

[13] Théorie du drone, La Fabrique éditions, 2013, p. 94.

[14] Lire notamment : https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/06/16/grece-le-coup-detat-ne-sera-pas-televise/

[15] Expression empruntée à Alain Touraine, Vie et mort du Chili populaire, Le Seuil, 1973.

[16] Ce modèle d’articulation « en tension », pouvant aller du soutien à l’opposition, entre une direction politique et un mouvement social autonome présent dans la ville et sur les lieux de production est au fondement de la théorie de Níkos Poulantzás, principal théoricien du courant de la gauche grecque dont Syriza est issu ― et ce qui distingue notamment ce courant des pratiques dirigistes d’encadrement et de mobilisations centralisées, par l’intermédiaire d’un syndicat de parti, du KKE, le parti communiste grec. Formulation analogue chez Alain Touraine, à propos du Chili de l’Unité Populaire : « l’autonomie d’un mouvement de classe associé au pouvoir gouvernemental sans être soumis à aucune organisation politique » (Vie et mort du Chili populaire, Le Seuil, 1973, p. 167).

[17] La question était déjà posée en ces termes par Alain Touraine, le 10 septembre 1973, à la veille du coup d’État chilien. Cf. Vie et mort du Chili populaire, Le Seuil, 1973, p. 204.

[18] Lire notamment à ce propos : Karl Mazower, Dans la Grèce d’Hitler, 1941-1944, éditions des Belles Lettres, 2002.

[19] Cessation de paiement, priorité absolue donnée au « front intérieur » et aux réformes de gauche (adoption d’un nouveau système fiscal en faveur des classes populaires, « mémorandum sur le capital »). Lire à ce sujet la tribune de Yánnis Miliós, ancien responsable du programme économique de Syriza : https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/05/06/et-si-la-grece-cessait-de-jouer-au-poker-pour-se-mettre-aux-echecs/

[20] Cf. « L’invention sous la crise » : https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/06/14/grece-autogestion-et-circuits-de-production-paralleles-ressources/.

 

 

 

 

la démocratie aux ordures

endetter et punir : à propos de la déclaration finale du Sommet de la zone euro sur la Grèce


 

 

(à Zoe Mavroudi et Zoe Konstantopoulou)

 

1

Volonté manifeste de briser l’expression du suffrage universel ; peuples tournés les uns contre les autres ; prise en otage des classes populaires (travailleurs précaires, immigrés, chômeurs, salariés, petits épargnants, retraités) par la mise en place d’un blocus financier destiné à forcer la main d’un gouvernement élu ; chantage à la sortie désordonnée de l’euro, précipitant la signature d’un accord odieux ; mise sous tutelle des pouvoirs législatif et exécutif ; appropriation des ressources d’un pays ― tout ceci dans le cadre d’une Union à laquelle chaque État est censé appartenir de plein droit : rarement les institutions issues du processus d’intégration européenne amorcé après-guerre auront montré visage plus repoussant que lors du dernier tour de négociations entre la Grèce et ses créanciers. Jamais non plus les dirigeants européens n’avaient été contraints de pousser à leur dernière extrémité les conséquences des politiques économiques inscrites dans les traités de l’union monétaire : si les dirigeants de l’eurozone ont fini par se dévoiler, il importe de le souligner, c’est qu’ils y ont été acculés et que la capacité de résistance du gouvernement grec, démontrée par six mois de négociations, a finalement contraint l’Europe à jeter aux ordures son masque démocratique.

Mais le fait est que cette capacité de résistance a été balayée. Après avoir échoué à renverser ce gouvernement puis à retourner l’opinion publique hellénique contre ses représentants, les responsables européens sont en définitive parvenus à faire rendre gorge à Alexis Tsipras, qui n’apparaîtra plus sans doute, pour autant qu’il parvienne à se maintenir au pouvoir, que comme la marionnette des créanciers ― une marionnette tragique, une marionnette à laquelle on a mis le couteau sous la gorge, mais une marionnette, cependant, que l’on exhibe au regard des passants comme si seul un cérémonial à la fois grotesque et sinistre pouvait laver l’affront et punir l’acte de désobéissance que constituent les élections du 25 janvier et le référendum du 5 juillet. Cette marionnette qui dit le contraire de ce qu’elle pense et fait le contraire de ce en quoi elle croit est là pour renvoyer aux Grecs, comme en miroir, une image d’eux-mêmes humiliante et bouffonne et pour leur signifier que leur représentant n’est qu’un homme de paille ; que « l’homme endetté », selon l’expression de Maurizio Lazzarato [1], est par nature indigne : indigne de porter une parole politique ; indigne de voter vraiment, puisque son vote ne saurait être pris au sérieux ; indigne de négocier, d’être traité d’égal à égal, indigne de la confiance de ses « pairs » ou de ses « partenaires » ; tout juste bon à tendre la main (c’est le « volet humanitaire » auquel Martin Schulz, Jean-Claude Juncker et autres bonnes âmes « réfléchissent » depuis quelques semaines déjà).

La crise de la dette publique et la réponse apportée par les institutions aux exigences du peuple grec aura donc fait émerger la figure du « peuple mendiant », perdu de dettes, défini par sa dette, résumé à sa dette ; plus profondément, le revirement sinistre auquel a abouti la négociation du 12 juillet constitue une négation très claire du discours politique lui-même.

«Was für ein schlechtes Theater! » s’est exclamée Sarah Wagenknecht, représentante de Die Linke, devant le Parlement allemand : « Quelle mauvaise pièce, quel spectacle sordide! »

Le plus grave est peut-être que les dirigeants allemands et français aient pu se livrer à cette parodie de négociation en pensant pouvoir se fonder sur leurs opinions publiques.

Mais il est vrai aussi que, si les opinions française et allemande ont pu s’amuser un temps des caricatures que leur présentaient les éditorialistes de la presse dite « de référence » comme de la presse « populaire (Grecs aussi corrompus, lascifs et paresseux que les Juifs de la propagande antisémite de toujours sont avares et usuriers), personne, aujourd’hui, ne rit plus ; il n’est pas sûr qu’Arnaud Leparmentier réitèrerait aujourd’hui cette imitation de l’accent grec à laquelle il s’était livré, il y a quelques mois, sur les ondes de France-Culture.

2

Dans un paysage économique ruiné par six années de récession, le gouvernement grec s’apprête à légiférer sur une hausse de la TVA (de 13% à 23%) qui affectera le sucre, le cacao, le café, le thé, les œufs, les plantes vertes, le vinaigre et ses dérivés, les aliments pour animaux, les produits d’élevage, le sel et l’eau de mer, toutes les huiles, hors l’huile d’olive, les préparations alimentaires à base de céréales, de lait, de féculents, de viande, de poisson, de légumes, de fruits et de fruits secs, un certain nombre d’animaux vivants et de viandes surgelées, le bois de chauffage, les engrais, les insecticides, les préservatifs, les tampons hygiéniques, un certain nombre d’éléments radioactifs et d’accessoires destinés aux personnes handicapées, les épices et les fleurs.

Il ne s’agit pas de « mesures ».

Comme le remarque la réalisatrice et auteur de théâtre Zoe Mavroudi, qui a justement épinglé le caractère surréaliste de cette liste : « Lorsque les êtres humains n’ont plus la possibilité de subvenir économiquement à leurs besoins, ils meurent. Ce mercredi, ce ne sont pas des “mesures“ qui seront signées mais des condamnations à mort. »

La mise sous séquestre de la quasi-totalité des biens de l’État grec (îles, portions du littoral, aéroports, chemins de fer, installations portuaires) ne constitue pas une « réforme ». Le délitement planifié des services publics, la tiers-mondisation de l’économie locale et la disparition rapide à laquelle ce programme condamne un très grand nombre de petites et moyennes entreprises, qui forment encore le tissu de l’économie et de la société grecques, ne répondent à  aucun « objectif de modernisation » mais à celui d’une redistribution sauvage. Le placement sous tutelle du gouvernement et de l’Assemblée nationale par les « Institutions », auxquelles devra être soumis tout « projet de loi d’importance » (sans autre précision), ne peut être interprété que comme l’instauration d’un régime d’exception permanent au sein même de l’Union : une zone d’administration mixte, où les principes formels ailleurs en vigueur seront comme suspendus. L’austérité sévère imposée à la société et à l’économie grecques agit comme ces incendies de forêt d’origine criminelle dont la Grèce est familière et qui ont permis à de nombreux entrepreneurs, au cours des décennies précédentes, et au prix de quelques arrangements avec les députés, de construire et d’investir sur des terrains qui étaient jusqu’alors protégés par la législation sur les zones forestières et déclarés inconstructibles. Cette stratégie de la terre brûlée ou de la table rase permet de remodeler un paysage plus propice aux intérêts des multinationales, de transférer les biens publics entre les mains des investisseurs privés, de briser toute codification des relations de travail et de disposer d’une réserve de main-d’œuvre qualifiée et massivement précarisée: l’aggravation de la situation économique et sociale générée par ce plan contraindra un nombre croissant de jeunes à partir pour l’Allemagne, la Suède, la Hollande, la France, la Suisse ou, s’ils demeurent au pays, à travailler pour des salaires de misère, à des postes sans rapport avec leurs qualifications ; la figure du mendiant devient celle même du travailleur, intellectuel ou manuel, diplômé ou non.

3

Comment le stéréotype du Grec fainéant, corrompu, bon viveur et fraudeur a-t-il pu s’imposer avec une telle facilité et fausser radicalement les termes mêmes du débat sur la crise?

Un grand nombre de Français, d’Allemands ou de Hollandais n’ont rencontré de Grecs que dans le cadre de leurs vacances d’été. Qu’on le veuille ou pas, les Grecs sont d’abord à leurs yeux des prestataires de services touristiques, des hôteliers (souriants ou pas), des restaurateurs (aimables ou non), des figures pittoresques (voir les innombrables spots sur la Grèce et ses habitants qui nourrissent depuis des décennies ― en les appauvrissant ― les représentations mentales). Il n’est donc pas étonnant que la condescendance ou le mépris se doublent souvent de témoignages de sympathie (ou l’inverse).

Le tourisme contemporain n’est pas fondé sur la découverte de l’autre mais sur la réduction de sa culture à un bien de consommation immédiat, à un certain nombre de clichés liés aux attentes spécifiques du visiteur occidental (divertissement, distraction, vie facile, farniente, musique, danse, cuisine, boisson, etc.) ; le Grec qui apparaît à travers les discours sur la crise semble ainsi sortir tout droit d’une campagne publicitaire incitant les salariés et retraités de l’Europe pluvieuse à visiter la Crète ou le Péloponnèse. La « colonie de la dette » est une colonie de vacances.

4

Avant d’être des « destinations touristiques » et des « pays du soleil », les pays de l’Europe du Sud (Italie, Grèce, Espagne, Portugal) ont été des terres d’émigration : Yannis, qui a ouvert une taverne sur la plage de Kardiani, a travaillé trente ans, en Allemagne, dans l’industrie automobile ; …, qui dirige sur ses vieux jours une petite pension de Lisbonne, a passé l’essentiel de sa vie comme femme de ménage à Paris. Au stéréotype du Grec dépensier s’ajoute sans doute, particulièrement en Allemagne, le préjugé à l’égard du Grec des années 60 venu « demander du travail » [2].

Dans tous les cas, c’est toujours de l’autre (de sa culture, de sa différence, de ses goûts, de ses habitudes, de son mode de vie) qu’il est question ; cette singularité est réduite à une figure sympathique et servile. Par temps de crise, la figure du Grec bon viveur (hospitalier, toujours prêt à rendre service) cède la place à celle du Grec corrompu et paresseux ; dans certains cas, comme dans celui des caricatures de Jos Collignon publiées par le journal hollandais « De Volkskrant », la caricature devient infâme.

5

Dans le contexte de la crise grecque, cette image de l’autre a évidemment pour but d’occulter les vraies questions : nature de la dette et des taux d’intérêt, fonction de l’endettement dans le contexte de l’économie financiarisée, circonstances dans lesquelles les emprunts ont été imposés plutôt que contractés, responsabilités politiques et échec des politiques d’austérité, conséquences de ces politiques sur le système de santé, l’éducation, les politiques culturelles, la production, les conventions de travail, le logement, les relations sociales.

6

Cette réponse « culturelle » et néocoloniale n’est bien sûr pas la seule.

À l’époque de la dérégulation sauvage du marché par le biais de la financiarisation à outrance, de l’irresponsabilité croissante des établissements bancaires, du crédit généralisé et de l’extension massive des produits dérivés, des CDO, des Swaps, des cocktails de titres, face à une réalité économique complexe, réputée incompréhensible, le discours dominant évoque la dette grecque comme s’il s’agissait d’un emprunt entre amis. Les formes contemporaines de l’endettement sont indûment ramenées à des formes plus anciennes, plus traditionnelles, plus lisibles ; le discours politique intervient à ce point comme un « discours de sens commun » : c’est ainsi que l’homme politique se fait diseur de proverbes. « Les bons comptes font les bons amis », « Il faut payer ses dettes » et « Un sou est un sou » : expressions d’un bon sens concret, presque paysan, dans le temps même où l’économie financière supplante l’économie réelle et menace de la détruire. La seule fonction discursive d’un François Hollande semble être dans ce contexte de ramener le chaos financier planétaire aux proportions rassurantes d’un dicton auvergnat, d’une pensée ronde. (Cette confusion entre les diverses acceptions du mot « dette » permet évidemment aussi de confondre « dette morale » et « dette monétaire »).

7

Le traitement réservé à la Grèce et le déni de démocratie opposé au gouvernement hellénique par les dirigeants politiques européens auront donc eu pour objectif essentiel de masquer les responsabilités propres que ces dirigeants portent, depuis plus de six ans, dans l’étranglement et le naufrage de l’économie grecque, mais aussi, plus fondamentalement, de dissimuler la carence structurelle du pouvoir politique face à un marché financier déconnecté de la sphère de la production, dominé par des intérêts privés hors de toute mesure et de toute rationalité. Le bouc émissaire grec que l’on s’apprête à chasser au désert, à l’extérieur de la zone, porte sur son dos tous les maux du capitalisme financier.

 

 

 

 

Dimitris Alexakis, Athènes, lundi 20 juillet 2015

 

 

[1] La Fabrique de l’homme endetté, essai sur la condition néo-libérale. Voir notamment: http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6238  et http://laviemanifeste.com/archives/5497

[2] Voir à ce propos la pièce de Rainer Werner Fassbinder, Katzelmacher (Le Bouc), rédigée en 1968.

la ville d’où le peuple est absent

1

La proposition envoyée avant-hier soir par le gouvernement grec aux Institutions est d’abord un aveu : elle met brutalement au jour l’absence d’une alternative concrète au maintien de la Grèce dans la zone euro, d’un «plan B» qui aurait pu (qui aurait dû) permettre de tenir tête aux créanciers et, en cas de rupture, de financer immédiatement les besoins de l’Etat, de relancer et de réorganiser la production autour des besoins réels, des besoins de la majorité sociale.

Elle révèle un gouvernement exposé (plus qu’aucun d’entre nous ne l’aurait voulu ou ne l’imaginait) au chantage financier, à l’asphyxie programmée de son économie, poussé dans ses derniers retranchements par la stratégie inflexible de la droite allemande et contraint, en l’absence de solution de repli, de demander lui-même l’application d’un nouveau plan d’austérité en échange de la fin du blocus bancaire, d’une remise de dette (encore hypothétique au moment où j’écris ces lignes) et du maintien dans l’espace de la monnaie unique ; dans une tribune publiée hier par le Guardian, Yanis Varoufakis reconnaît que le gouvernement grec, pris de court par le coup d’État financier mis en œuvre par la BCE, n’a jamais vraiment cru à la possibilité pratique d’une sortie de la monnaie unique.

Si le siège a été héroïque, la sortie ne l’est pas ; la ville assiégée, les vivres coupés, nous voilà contraints de déposer les armes: l’austérité ou rien.

La stratégie suivie par le gouvernement d’Alexis Tsipras était pourtant tout sauf maximaliste ; il s’agissait beaucoup moins d’aboutir à une hypothétique «fin de l’austérité» qu’à obliger nos «partenaires» à certains compromis: ouvrir une brèche dans le mur néo-libéral et faire bouger les lignes, en attendant septembre et sans perdre de vue que nous n’avons ni le poids de l’Espagne, ni celui de la France.

La question posée par ce revirement est autant celle de la poursuite d’une forme d’austérité que celle du respect de la démocratie et des classes populaires, qui ont porté tout le poids des mémorandums mis en œuvre depuis 2010 et se sont dans leur écrasante majorité prononcées, ce 5 juillet, en faveur du «non».

2

Ces propositions signent l’échec de la stratégie européenne adoptée par Syriza dans la perspective des élections de janvier 2015 (stratégie du dialogue et de la négociation, stratégie de la bonne foi, stratégie du compromis, appel aux peuples européens, invocation des «principes démocratiques fondateurs» de l’Union) ; elles confirment qu’aucune politique en faveur du peuple ne peut être menée dans l’espace de la zone euro et que ses dirigeants, en s’efforçant de casser toute alternative de gauche, ont délibérément choisi de laisser à l’extrême-droite le terrain des classes populaires ; pour l’aristocratie financière aux commandes, le peuple ne mérite rien de mieux que le fascisme, qui n’a jamais prospéré que sur l’abandon de revendications pratiques et immédiates par les organisations du mouvement ouvrier.

Le référendum du 5 juillet apparaît donc aujourd’hui comme une arme à double tranchant. Certains éléments donnaient jusqu’alors à penser que la rupture, si rupture il y avait, ne se ferait pas sous la bannière de la sortie de l’euro mais sous celle du refus de l’austérité et de l’exigence de démocratie. En déposant de nouvelles propositions alors que le processus du référendum était déjà engagé, Alexis Tsipras semblait vouloir démontrer au peuple qu’il irait jusqu’au bout de la logique des négociations et qu’il aurait, en cas de fin de non-recevoir, tout fait pour le maintien ; que la sortie de l’euro, si elle survenait, lui aurait été imposée.

Le référendum apparaissait dans cette perspective comme la seule modalité sous laquelle cette sortie était politiquement praticable : la question du «double mandat», la contradiction de plus en plus patente entre «contestation des politiques d’austérité» et «maintien dans l’euro» ne pouvait être résolue par ce gouvernement que si la sortie n’était pas de son fait. Mais cela présupposait, même si cela allait sans dire, que cette sortie fût possible.

Il apparaît aujourd’hui, au contraire, que la possibilité de la sortie n’était pas l’implicite du mouvement du référendum et que le gouvernement grec ne gardait en réserve aucune alternative de financement pour la période transitoire qui s’ouvrirait en cas de rupture.

3

Cette absence de «plan B» n’est paradoxalement pas seulement le fait de la frange centriste de Syriza. Elle caractérise aussi, de façon différente, les tenants de la rupture (Antarsya, Plateforme de Gauche) dont les interventions, depuis six mois, ont beaucoup plus consisté à développer une analyse précise des négociations en cours et, au-delà, des politiques d’austérité, qu’à dégager des solutions alternatives concrètes ― au-delà des premières mesures à prendre (contrôle des capitaux, nationalisation des banques, effacement unilatéral de la dette) et d’un «grand chantier» créateur d’emplois (le fameux «Turkish Stream»), exemplaire de l’économie dirigée et qui ne peut faire à lui seul figure d’alternative.

Si la négociation a absorbé toutes les forces du gouvernement, la critique de cette négociation a, comme en miroir, mobilisé de façon aussi exclusive son aile gauche. Le thème de la sortie a beaucoup plus fonctionné chez ces derniers comme une fin en soi que comme un simple moyen ― que comme une étape nécessaire vers une économie sociale fondée sur l’initiative venue d’en bas plus que sur le contrôle de l’Etat (les expérimentations en ce sens n’ont pas manqué dans la Grèce de la crise de ces six dernières années). La question n’est pas tant celle de la sortie de l’euro que celle de l’autosuffisance alimentaire, de la politique énergétique, d’une production préservant les ressources naturelles au lieu de les détruire, du soutien aux formes d’autodéfense sociale apparues au cours de ces six dernières années à travers tout le territoire grec, de la vie sobre contre l’austérité.

« La gauche », apparemment, continue de redouter la question de la production comme son ombre.

4

Le référendum n’apparaît plus aujourd’hui que comme la seule arme dont disposait Alexis Tsipras pour s’opposer à la tentative de coup d’Etat en cours ― une arme de dernier recours pour empêcher le renversement de son gouvernement et le retour aux affaires des mêmes : des mêmes personnalités, des mêmes partis corrompus ayant mis l’économie et la société grecques en coupe réglée au cours des quarante dernières années.

Il est frappant de constater que le discours du Premier ministre grec au Parlement européen (8 juillet) n’est pas tant dominé (comme les discours précédents) par les thèmes de l’Europe, de la démocratie et de la liberté que par ceux de la modernisation de l’administration publique et du système fiscal, de la lutte contre l’establishment grec, contre la corruption intérieure, les intérêts croisés, les cartels.

Face à l’impossibilité de rétablir à brève ou moyenne échéance un Etat social au service des plus démunis, des faibles et moyens revenus, le pari fait par Alexis Tsipras semble être celui d’une modernisation de l’appareil d’Etat passant par la rupture avec les pratiques de collusion sur lesquelles s’étaient appuyés les deux partis traditionnels, le Parti socialiste et Nouvelle Démocratie : fort du financement promis par les Institutions, qui permettrait provisoirement d’échapper à la faillite et éloignerait la perspective d’un Grexit, le gouvernement grec conserverait la haute main sur l’espace politique du centre et obtiendrait l’assentiment d’une grande partie des classes moyennes ; par opposition au bradage massif des biens publics auquel nous avons assisté depuis 2010, il espérerait parvenir à une forme d’association nouvelle, «mutuellement profitable», entre l’État et le capital.

Cette stratégie est, peu ou prou, celle du Premier ministre et de ses plus proches collaborateurs depuis les élections de janvier 2015. Le problème essentiel qui se pose aujourd’hui, après le vote massif du «non» au référendum, est qu’Alexis Tsipras semble désormais ne pouvoir parvenir à ce résultat qu’en brisant la dynamique populaire qu’il avait lui-même enclenchée et qui lui a permis de rester au pouvoir.

(Il n’est pas encore assuré, par ailleurs, que les parlements allemand et hollandais, en particulier, acceptent de voter le texte, malgré l’ampleur des concessions faites par le gouvernement, l’implication française dans la rédaction des propositions, les pressions du FMI, des USA, de la France, de l’Italie et du Conseil européen sur l’Allemagne et la peur légitime suscitée par la crise boursière en Chine ; il est en outre possible que cette absence de «plan B» finisse par conduire Alexis Tsipras à la démission.)

On ne badine pas avec la démocratie. On ne badine pas avec le peuple ― avec ce peuple qui, après avoir été si longtemps absent des négociations où son sort était discuté, s’est manifesté dimanche 5 juillet avec un courage exemplaire.

Le référendum du 5 juillet aurait dû rester dans l’histoire moderne comme un haut moment de démocratie, de courage et de maturité politique collective ; il s’est agi d’un vote de classe, ce qui signifie que ceux qui ont voté «non» sont aussi ceux qui avaient le plus à redouter, à court terme, d’une sortie de l’euro, ceux qui étaient notamment les plus exposés au risque d’une dévaluation externe brutale.

La déception sera très certainement proportionnelle au risque assumé, à l’enthousiasme qui a marqué cet événement, à l’ampleur du vote en faveur du «non» et le reflux qui s’en suivra pourrait sans paradoxe adopter les formes les moins démocratiques qui soient, celles du fascisme : l’Europe d’où le peuple est absent est peuplée de monstres.

 

 

 

Dimitris Alexakis, Athènes, samedi 11 juillet 2015

«La liberté demande de la vertu et de l’audace» (Alexis Tsipras, 3 juillet 2015)

// discours prononcé par le Premier ministre grec, à Athènes, sur la place de la Constitution, lors du rassemblement en faveur du « non » au référendum du 5 juillet 2015 //

 

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

Aujourd’hui nous ne protestons pas, nous ne manifestons pas ; aujourd’hui est un jour de fête. Ce jour est une fête de la démocratie.

La démocratie est une fête et une joie, la démocratie est une libération, la démocratie est une issue.

Et nous célébrons aujourd’hui la victoire de la démocratie. Nous sommes déjà victorieux, quelle que soit l’issue du scrutin de dimanche, car la Grèce a envoyé un message de dignité, un message de fierté.

Personne ne peut ignorer cette passion, cet anxieux désir de vie, cet anxieux désir d’espoir, cet anxieux désir d’optimisme.

Nous célébrons aujourd’hui l’audace et la détermination qui nous ont conduits à prendre notre destin en mains, à rendre la parole au peuple grec.

Aujourd’hui, nous faisons la fête et nous chantons. Nous faisons la fête et chantons pour supplanter le chantage et la peur.

L’Europe telle que nous la connaissions, l’Europe telle qu’elle apparaît au miroir de ses principes fondateurs n’a pas le moindre rapport avec les menaces et les ultimatums.

Et aujourd’hui, en ce moment même, l’Europe entière a les yeux tournés vers nous, vers le peuple grec, vers ses 3 millions de pauvres et son million et demi de chômeurs.

Aujourd’hui la planète entière a les yeux rivés sur la Place de la Constitution et sur toutes les places, petites ou grandes, de notre patrie.

Dans ce lieu qui a vu naître la démocratie, nous donnons à la démocratie une chance de revenir.

De revenir en Europe, car nous voulons que l’Europe revienne à ses principes fondateurs.

À ces principes qu’elle a si longtemps balayés pour appliquer des programmes d’austérité sans issue, violant la volonté des peuples.

 

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

Dimanche, nous adresserons tous ensemble un message de démocratie et de dignité à l’Europe et au monde.

Nous enverrons aux peuples un nouveau message d’espoir.

Car nous ne déciderons pas seulement, ce dimanche, de demeurer en Europe.

Nous déciderons de vivre avec dignité en Europe, de travailler et de prospérer en Europe.

D’être égaux en Europe, à égalité avec tous.

Et, croyez-moi, nul n’a le droit de menacer de couper la Grèce de son espace géographique naturel.

Nul n’a le droit de menacer de diviser l’Europe.

La Grèce, notre patrie, était, est et demeurera le berceau de la civilisation européenne.

C’est en ce lieu, dit la mythologie, que Zeus, en l’enlevant, a conduit la princesse Europe.

Et c’est de ce lieu que les technocrates de l’austérité souhaitent à présent l’enlever.

Mais cela ne sera pas. Car, dimanche, nous leur dirons « non ».

Nous ne laisserons pas l’Europe entre les mains de ceux qui souhaitent la soustraire à sa tradition démocratique, à ses conquêtes démocratiques, à ses principes fondateurs, aux principes de démocratie, de solidarité et de respect mutuel.

 

Citoyens d’Athènes, hommes et femmes de tous âges qui vous trouvez ici, aujourd’hui, qui submergez la Place de la Constitution, les rues d’Athènes et des autres grandes villes en bravant la montée de la peur orchestrée, la rhétorique de la terreur propagée tous ces derniers jours,

Citoyens d’Athènes,

Le peuple grec a maintes fois démontré au cours de son histoire qu’il savait retourner un ultimatum à son expéditeur. Car les ultimatums, parfois, reviennent à l’envoyeur.

Les pages les plus éclatantes de l’histoire de ce pays et de ce peuple ont été des pages d’audace et de vertu.

Je vous appelle à ce que nous écrivions ensemble, de nouveau, des pages historiques, celles de notre rétablissement et de notre liberté.

Je vous appelle, ce dimanche, à opposer un « non » haut et clair aux ultimatums. À tourner le dos à ceux qui sèment chaque jour la peur et l’intimidation.

Et, lundi, quel que soit le résultat du processus démocratique, de ce verdict populaire que certains redoutaient et  voulaient entraver, nous opposerons également un « non » sans appel à la division.

Lundi, quelle que soit l’issue du scrutin, les Grecques et les Grecs n’auront rien qui les sépare. Ensemble, nous nous battrons pour reconstruire une Grèce meilleure que celle que nous ont laissée cinq années de désastre.

Je vous appelle enfin à ne pas prêter l’oreille à ces sirènes dont l’écho ne cesse de s’amplifier, ces sirènes qui hurlent à la peur.

À décider avec votre esprit et votre cœur.

À vous déterminer avec calme et résolution.

À vous prononcer en faveur d’une Grèce fière dans une Europe démocratique.

En faveur d’un peuple, d’un petit peuple qui se bat, comme le dit le poème, sans épées et sans balles.

Qui se bat cependant en ayant dans les mains la plus puissante des armes : la justice.

Parce que la justice est avec nous, parce que nous sommes dans notre droit, nous vaincrons.

Et nul ne peut effacer cela. Nul ne peut occulter ce fait : nous sommes dans notre droit.

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

La liberté demande de la vertu et de l’audace. Nous, vous, nous tous, disposons d’audace comme de vertu. Et nous sommes libres. Nous respirons un vent de liberté. Quoi qu’il arrive, nous sommes victorieux. Nous serons victorieux. La Grèce a vaincu. La démocratie a vaincu. Le chantage et les menaces ont été défaits.

Salut à tous! Soyez forts, soyez fiers et dignes. Notre « non » s’inscrira dans l’Histoire. Notre peuple ira de l’avant ― la Grèce, dans une Europe démocratique et solidaire.

 

Source : http://left.gr/news/al-tsipras-sto-syntagma-thelei-areti-kai-tolmi-i-eleytheria

Traduit du grec par Dimitris Alexakis

Au regard de la situation en Grèce, et à la suite de la rupture des négociations par l’Eurogroupe, Podemos souhaite communiquer ce qui suit

« Au regard de la situation en Grèce, et à la suite de la rupture des négociations par l’Eurogroupe, Podemos souhaite communiquer ce qui suit:

 

1. Lundi dernier, le gouvernement grec a présenté à l’Eurogroupe une proposition d’accord qui comprenait un grand nombre de concessions et a été saluée par l’ensemble des prêteurs comme une proposition raisonnable et viable. Dans les jours qui ont suivi, cependant, les créanciers internationaux, emmenés par le FMI, ont finalement rejeté la proposition du gouvernement grec de taxer les secteurs les plus riches de la société, de restructurer la dette et de mettre en œuvre un programme d’investissement pour relancer l’économie. Au lieu de cela, ils lui ont demandé d’augmenter la TVA sur les services de base et la nourriture et ont exigé des coupes supplémentaires sur les retraites et les salaires. Dans leur effort visant à démontrer qu’il n’existe pas d’alternative aux politiques d’austérité, les créanciers ne semblent accepter que l’argent des pauvres et s’évertuent à imposer la même logique et les mêmes mesures que celles qui ont conduit le pays à une catastrophe humanitaire. L’économie grecque est asphyxiée. Continuer de l’asphyxier est l’exact opposé de ce qui doit être fait.

 

2. Face à une telle extorsion et un tel chantage, le gouvernement grec a réagi à l’ultimatum de manière exemplaire: en appelant le peuple à se prononcer démocratiquement et souverainement sur son avenir. Contrairement aux gouvernements espagnols de 2011 et de 2012, le gouvernement hellénique a refusé de violer le mandat populaire issu des élections de janvier. Les tentatives visant à contraindre, intimider et influencer ce vote de la part de pouvoirs non élus et en particulier de la Banque Centrale Européenne ― qui s’emploie à étouffer le système financier grec afin d’influencer le résultat de la consultation ― constituent une violation flagrante et inacceptable du principe démocratique. Ce que nous disons, c’est que l’Europe sans démocratie n’est pas l’Europe: tous les démocrates doivent aujourd’hui unir leurs voix pour dénoncer cette ingérence et ces pressions insupportables. La démocratie ne peut aller de pair avec le fait de laisser des pouvoirs non élus gouverner et décider pour nous. Il en va de la démocratie même.

 

3. Par leur intransigeance, les créanciers ont démontré qu’ils ne se préoccupaient nullement de résoudre la crise de la dette grecque ; leur but est bien plutôt de soumettre et de renverser un gouvernement démocratiquement élu afin de démontrer qu’il n’existe pas d’alternative aux politiques d’austérité. Leur aveuglement est tel qu’ils s’apprêtent à mettre en péril l’intégrité et la stabilité du système financier et le projet européen lui-même en exposant celui-ci à des attaques spéculatives dont le prix sera également payé par les citoyens d’autres pays. Nous le disons une fois de plus: c’est eux qui seront à blâmer, eux qui porteront la responsabilité des conséquences de ce désastre.

 

4. Syriza n’a pas créé l’énorme crise économique qui affecte la Grèce. Ce sont les gouvernements de la Nouvelle Démocratie et du PASOK, les amis de notre Parti Populaire et de notre PSOE, qui ont falsifié les données et les comptes, remis la souveraineté du pays entre les mains de la Troïka et laissé à Syriza un désastre économique et social qu’il est impératif et urgent d’inverser.

 

5. De nombreuses personnalités internationales ont d’ores et déjà pris leurs distances avec le dogmatisme des créanciers. Des centaines de milliers de personnes à travers le monde ont exprimé leur solidarité avec le peuple grec dans sa défense du principe démocratique. Nous exigeons que le gouvernement espagnol et les institutions européennes respectent la souveraineté et la dignité du peuple grec et garantissent en conséquence que le référendum se déroule dans des conditions de liberté et de pleine régularité. La volonté démocratique et les droits fondamentaux du peuple grec, qui ont été systématiquement bafoués durant les longues années d’austérité, doivent être respectés.

 

Il y a en Europe deux camps opposés: celui de l’austérité et celui de la démocratie, celui du gouvernement du peuple et celui du gouvernement des marchés et de leurs pouvoirs non élus. Nous nous tenons fermement du côté de la démocratie. Nous nous tenons fermement aux côtés du peuple grec. »

 

Source :

http://podemos.info/in-view-of-the-situation-in-greece-and-following-the-breakdown-in-the-negotiations-by-the-eurogroup-podemos-wishes-to-communicate-the-following/

Traduit de l’anglais par Dimitris Alexakis